La différence entre un Maître et un Dominant
Article mis en ligne le 4 mars 2019
dernière modification le 3 août 2021

par Mestre Ulysse

L’actualité nous montre à quel point les hommes de pouvoir sont pourris.
Hors le BDSM   est un monde de Dominant qui n’échappe pas à cette règle.
Les maltraitances qu’on subit beaucoup de merveilleuses soumises en sont la preuve.

Alors soyez prudentes !

Maître et Dominant désignent des approches très différentes de la relation BDSM. 

 Les différences entre Maître et Dominant

Beaucoup se proclament Maître mais sont Dominants. Les Maîtres sont rares à cause de la complexité de leur engagement, voyons pourquoi.

En BDSM anglo-saxon :

Dominant = Maître. Le Dominant utilise la soumise pour son plaisir. Si c’est le sexe, le sadisme, il la poussera à faire ce qu’il aime. Il utilise la punition   comme moyen d’éducation.

En BDSM Latin :

Le Maître est le contraire du Dominant. Il part des désirs et des préférences de la soumise pour la combler, la faire évoluer, lui faire tomber ses préjugés, ses peurs, ses tabous sans jamais la forcer ou la contraindre. Il utilise le renforcement positif et rarement la punition comme moyen d’éducation.

Autre croyance :

On lit souvent que le Dominant est celui qui a une soumise et le Maître, celui qui a une esclave, c’est totalement faux.

Vous pouvez me donner votre opinion en cliquant ci-dessous sur “répondre à cet article”

 Le Dominant

Il existe de nombreuses formes de Dominants. Des Dominants par jeux, le temps d’une séance, des Dominants DS (Domination soumission) ou DS (Discipline sexe) BDS (Bondage  , Domination soumission) ou SM (Sado masochisme), des Dominants par opportunité qui font juste du BDSM pour se vider les couilles en se laissant aller aux pires extrémités... ou tout ça en mélange !

 Il y a trois écoles de pensées chez les Dominants :

  • RACK « risk aware consensual kink ». Les adeptes sont conscients des risques liés au jeu et y consentent ce qui peut entrainer des dérapages dangereux et parfois mortels.
  • CSS   : SAIN SÛR et CONSENSUEL. Toutes les pratiques se doivent d’être sécuritaires, saines et consensuelles. Dans cette école de pensée que je partage, les mots de sécurité sont strictement respectés et aucune pratique dangereuse n’est tolérée (Un Maître est OBLIGATOIREMENT CSS).
  • Les Sans lois, la majorité, qui pratiquent sans principes ou avec des principes qu’ils ne suivent pas même s’ils les revendiquent pour attirer les soumises.

 Les règles de base que devraient suivre les Dominants :

  • Être CSS et savoir ce que c’est, l’appliquer (consensuel, sain, sur)
  • Faire remplir une fiche de Désir et préférences qui fixe les désirs et limites de la soumise et la respecter.
  • Avoir des mots de sécurité et les respecter (90 % ne le font pas).
  • Ne jamais contraindre, manipuler, corriger, utiliser la violence verbale ou physique.
  • Garantir la liberté à la soumise d’arrêter quand elle veut.
  • Ne pas exercer de contrôle abusif (vie privée, travail, communication…)
  • Le Dominant doit avoir un code d’éthique écrit, vous le montrer et il doit le respecter. Il doit l’inclure au contrat de soumission.

Conseils aux soumises :

 Comportements abusifs inacceptables :

  • Manipulation : Pour être une vraie soumise tu dois faire ci ou ça, tu dois t’entrainer à supporter plus de douleur… et le gentil Dominant attentionné du début devient un bourreau et la soumise part en rencontre la peur au ventre… ! En BDSM le Dominant doit respecter la liste de préférence de la soumise et ne peut RIEN imposer, la relation doit être consensuelle.
  • Non respect des mots de sécurité. Les mots de sécurité ne sont non respectés dans 90 % des cas sous prétexte de dépassement de soi par exemple. Inacceptable.
  • Le Dominant vous interdit d’arrêter, car vous avez signé un contrat. Les contrats n’ont aucune valeur légale. Vous êtes libre d’arrêter quand vous voulez.
  • Les punitions : Pour beaucoup de Dominants, les punitions sont un moyen de contraindre, de corriger et d’asservir par la peur les soumises. C’est inacceptable. La punition doit être un jeu BDSM qui participe au plaisir.
  • Le mensonge, la duperie : Le Dominant est doux, gentil, avec des principes et petit à petit, il fait le contraire et ne suit pas ses principes.
  • La jalousie : Le Dominant jaloux peut très vite devenir abusif et violent moralement ou physiquement.
  • Égoïsme ou égocentrisme : Il va beaucoup prendre, votre énergie, votre vitalité... sans rien donner. La déception sera profonde. La relation doit être équilibrée.
  • Attention aux pervers narcissiques*** voir ci-dessous.

Que faire si le Dominant à un de ces comportements ?

Arrêter la séance, discuter et lui demander de respecter les règles de base du BDSM CSS.
Le quitter si il persiste dans ses comportements abusifs.

En conclusion

En Bdsm rien ne doit jamais être imposé, la douleur est un choix, pas une obligation. Le Dominant doit respecter vos choix et vous faire évoluer, découvrir de nouvelles choses toujours de manière consensuelle.

Le Dominant doit vous respecter, doit respecter les règles de sécurité et de conduite. Il doit se contrôler et lui-même évoluer pour pouvoir devenir “Maître” de lui -même avant tout pour mieux être Maître de vous !

La totalité des soumises que j’ai eu ses 4 dernières années ont été victimes de violences, d’abus avec pour certaines des blessures graves et des chocs post traumatiques.

 Le Maitre

Pour devenir Maître, il faut acquérir maturité et expérience. On commence d’abord comme Dominateur puis lorsque l’on a suffisamment progressé, on devient Maître à force de travail sur soi, d’apprentissage et de pratique.

L’origine du mot Maître est le magister latin, celui qui enseigne et guide, le sens du mot c’est enrichi avec une notion de propriété. Le Maître est celui qui possède et guide la soumise. Le Maître doit protection à celle qui se donne à lui en perdant toutes ses défenses. Il veille sur la sécurité de la soumise, son bien être, son épanouissement.

Le Maître est un guide, un mentor, il peut même déborder du cadre Bdsm pour épanouir sa soumise. Il peut (ce n’est pas obligatoire) devenir coach de vie la soumise pour en faire une femme parfaite, épanouie et heureuse. Il peut l’accompagner pour arrêter de fumer, avoir une alimentation saine, développer ses connaissances, sa culture…

Un Maître doit avoir du temps, un donjon, des connaissances, des règles, des rites, des niveaux de progression, des grilles d’évaluation… Éduquer une soumise peut lui demander des mois, des années. Il peut pousser la perfection jusqu’à éduquer la soumise dans tous les aspects, culture générale, Art, alimentation, sport, sexe… Il veille à sa santé physique et morale, il lui inculque des valeurs, discipline, loyauté… il lui apprend à contrôler son corps, son esprit, le dépassement de soi, la sagesse…

Pour y arriver, le Maître a déjà dû lui-même parcourir ce chemin et avoir les vertus qu’il va demander à la soumise.

Le Maître n’utilise la punition que rarement, toujours de manière juste. La punition est pour le Maître un constat d’échec. Les punitions sont codifiées, éducatives (souvent avec 3 niveaux de punitions) et réglementées strictement. Elles sont souvent à la demande de la soumise. En cas de fautes grave l’éducation est arrêtée sans possibilité de reprise.

Lorsque le Maître accepte qu’une soumise se donne à lui corps et âme, elle devient son bien le plus précieux et il s’engage à veiller sur son bien-être et son épanouissement. Il lui offre sa protection.

Le Maître est aussi un complice, un confident, il va aider la soumise à se découvrir, à se comprendre, à exprimer ses désirs refoulés, cachés, à chasser ses démons, à vaincre ses peurs et la guider pour qu’elle devienne une femme fière et épanouie assumant totalement sa nature profonde.

Le rôle du Maître n’est jamais de dégrader la soumise.

Le Maître doit avoir des valeurs, être un modèle, un exemple à suivre. Il doit donc être dépourvu des défauts des communs des mortels et doit chercher à s’améliorer sans cesse au même titre qu’il élève sa soumise.

Attention danger pervers narcissique :

Qu’il se dise Maître ou Dominant (ou même parfois soumise), le pervers narcissique est un fléau en BDSM qui détruit durablement les personnes qu’il touche.
Voir ce témoignage : http://secretsdebountynette.fr/pensais-affaire-a-maitre-bdsm-realite-cetait-pervers-narcissique/

  Le reconnaître :

  • Entretient une communication floue.
  • Change fréquemment d’opinion.
  • Raconte des mensonges.
  • Éprouve de la jalousie.
  • Est incapable d’avouer ses torts ou d’assumer la responsabilité de ses actes.
  • Est incapable de reconnaître les besoins ou les sentiments d’autrui.
  • Est continuellement en quête de reconnaissance ou de succès.
  • Présente parfois plusieurs visages, par exemple, le passage d’une profonde tristesse à la colère lorsqu’il est contrarié.
  • N’est pas conscient du mal qu’il provoque. Cependant, l’influence qu’il exerce sur autrui est calculée.

 La personne qui est victime du pervers narcissique :

  • Ressent de la culpabilité.
  • Se sent dévalorisée.
  • Reçoit de nombreuses critiques.
  • Ne se sent plus elle-même.
  • Sent qu’elle doit faire attention à tout ce qu’elle dit et fait pour ne pas contrarier l’autre.

Source : https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=pervers-narcissique