Les 4 degrés de la soumision par jeux
La soumise contrôlante ou soumise par jeux
Article mis en ligne le 30 janvier 2018
dernière modification le 3 août 2021

par Mestre Ulysse

 La soumise contrôlante ou soumise par jeux

La soumise contrôlante dirige le jeu et est la véritable Maître de la relation. Elle utilise l’homme (on ne peut l’appeler Dominant, car il ne dirige pas grand-chose), les jeux de soumission, pour obtenir son plaisir. Elle est souvent égocentrique et sans empathie.
Dans ce cas, les jeux de soumission n’ont de soumission que le nom, ils sont théâtralisés, ils sont dirigés et contrôlés par la soumise qui cherche avant tout son plaisir. L’homme est son jouet.

Elle pratique sans règles, sans protocoles. Elle cherche son propre plaisir et contrôle totalement le jeu même si elle donne un semblant de pouvoir à son partenaire. Même si elle aime se sentir soumise et servir, être utilisé elle la fait plus pour son plaisir que pour celui de son partenaire et elle fixe ses propres conditions.

Contrairement à la soumise véritable, elle n’a pas le plaisir de plaire au dominant.

Elle vivra donc une succession de scénarios, de jeux cherchant du plaisir immédiat. Elle n’aura pas la volonté, la motivation, l’envie de progression, d’explorer et de dépasser ses limites, de vivre des initiations ou une éducation complète qui lui permettrait de découvrir des plaisirs plus intenses.

La soumission par jeux peut être une manière de découvrir sa nature soumise pour une femme hésitante. Si elle prend un réel plaisir à perdre le contrôle, sa nature soumise peut se révéler.
  1. La soumise par jeux « ROMANTIQUE » :
    • C’est une femme vanille qui veut un peu pimenter sa sexualité par des jeux à saveur Bdsm   comme, par exemple, un bandeau sur les yeux, des liens avec des foulards… tout en douceur, tout en délicatesse.
    • Elle dirige le jeu et garde le contrôle.
  2. La soumise par jeux « de rôle » :
    • Elle ne se considère pas soumise mais aime les jeux ou le partenaire va prendre de l’ascendant sur elle, à la limite de l’humiliation  .
    • Provocante, elle va créer des situations ou son partenaire va la punir, de manière douce et sexuelle.
    • Elle aime les jeux de style prof, élève, médecin, patiente, ou une personne en autorité va la remettre en place ou profiter de son autorité pour lui imposer divers jeux sexuels doux.
    • Elle dirige le jeu et garde le contrôle.
  3. La soumise par jeux « d’esclavage   » :
    • Elle aime les jeux de pouvoir, être humiliée, elle imagine des scénarios ou elle est esclave, objet sexuel…
    • Mais elle garde le contrôle et dirige en sous-main le jeu pour son plaisir.
  4. La soumise par jeux « masochiste » :
    • La Masochiste est en quête de son propre plaisir.
    • Dans la relation, elle ne voit que son intérêt.
    • Pour l’atteindre, elle peut manipuler, le Dominant, le pousser à dépasser ses limites…
    • Les masos sont rarement des soumises véritables.

Les 4 degrés de la soumission par jeux :

  1. La soumise par jeux « ROMANTIQUE » :
  2. La soumise par jeux « de rôle » :
  3. La soumise par jeux « d’esclavage » :
  4. La soumise par jeux « masochiste » :

Dans la Soumission, il y a des valeurs qui doivent être partagées par le Maître et la soumise.
Le Maître doit avoir le contrôle de la relation, de la Soumise. La Soumise doit être capable de Confiance, de Don de soi. En échange, le Maître doit la faire progresser en lui proposant d’acquérir de nouvelles connaissances, de nouvelles habiletés et lui ouvrir les portes vers un univers créé pour elle sur mesure. Rien de cela n’existe dans la soumission par jeux. Je considère donc que ces degrés de soumissions n’en sont pas et qu’ils ressortent plus du sexe vanille épicé que de la soumission.

Un maître ne prendra une soumise de cette catégorie que si elle adopte les valeurs de la véritable soumise.

 La Domination par jeux

La Domination par jeux est l’autre facette de la soumission par jeux.
Le Dominant utilise la soumise pour satisfaire ses désirs.
Il va la pousser pour aller plus loin, lui parlant d’éducation, de dépassement de soi.
Il n’y a pas de projet éducatif et l’intérêt de la soumise n’est pas pris en compte malgré les discours et promesses. .
La soumise est jouet sexuel. Cela devient vite frustrant pour la soumise, car ses attentes ne sont pas comblées et elle a le sentiment de s’être fait avoir. Ces pratiques laissent une impression de « vide », d’insatisfaction, de manque et obligent à multiplier les expériences, les dangers et frustrations sans jamais combler leur pratiquant.