La force du 24/7 en BDSM positif
Article mis en ligne le 7 janvier 2022
dernière modification le 13 janvier 2022

par Mestre Ulysse

Pratiquer le BDSM   Positif en 24/7 est tout simplement merveilleux, cela conduit à des plaisirs, à une harmonie Maître-soumise qui peut atteindre la perfection.

Mais tout d’abord, définissons ce qu’est le 24/7. Le 24/7 en BDSM Positif est une relation ou le couple Maître soumise vit ensemble pour une période de durée variable pouvant aller de quelques jours à quelques mois, voir plus pour pratiquer le BDSM Positif, lors d’une éducation complète par exemple ce qui permet tout à la fois de progresser rapidement et de vivre des émotions fortes et intenses, un bien être et une plénitude permanente sans les risques de subdrop, d’état de manque, de grand vide souvent fréquent lorsque l’on pratique par séances espacées.

Ce qui fait la force et la puissance du 24/7 dans ce cas est le fait que nous ne sommes pas contraints à un horaire et que l’on a le temps et aucune contrainte de la vie ordinaire. On peut donc se consacrer totalement à vivre pleinement notre passion et à en savourer les délices.

 L’emploi du temps journalier.

Il est défini consensuellement et évolue en même temps que la soumise.
Il est personnalisé en fonction de la nature de la relation, soumission, esclavage   et des limites et désirs définis dans la fiche de « consentement et activité ».

La journée sera constituée d’une à deux séances par jour selon endurance de la soumise. Dans le cas d’une seule séance, le reste de la journée sera consacrée à des loisirs (balades, canoë, raquette, culture, art) ou à des activités bdsm complémentaires ou amusantes comme un entraînement, un dressage, un jeu de rôle, de l’exhibition  , des défis... ou tout simplement des câlins selon l’accord consensuel défini entre nous.

Pendant la séance ou les jeux complémentaires BDSM, les règles de la relation Maître soumises s’appliquent strictement, j’appellerai la soumise par son de soumission.
En dehors de ces périodes, je l’appelle par son vrai prénom, elle peut s’exprimer librement, mais avec respect et peut me faire part de ses envies et désirs.
Pour une soumise qui a besoin d’un encadrement strict, si elle en exprime de désir, en tout temps, on peut garder active les règles de la DS.

 Des séances fusionnelles et intenses

En 24/7 dans une relation BDSM, j’ai le temps de bien faire mon travail de Maître, de mentor, de coach. Je peux étudier les réactions de la soumise et jouer avec avec la douleur, le plaisir et l’émotivité, les sens, alterner punitions et récompenses et comprendre sa psychologie. Je vais pouvoir doser mes actions pour lui faire sécréter des hormones diverses qui vont amplifier la force des jouissances, des orgasmes sexuels et provoquer des extases et des feux d’artifice orgasmiques incroyablement intenses et bons comme le subspace  .

En BDSM positif, on utilise la douleur, on la dose pour qu’elle libère des endorphines qui vont provoquer bien être, euphorie, sensation de calme, de plénitude et de relaxation qui va amener au lâcher-prise si recherchée.
Mais on fait aussi appel au plaisir par diverses pratiques pour générer d’autres hormones en variant les phases de jeux, en travaillant la psychologie, on jouant avec les sens, les émotions.
Tu vas produire aussi de la dopamine qui l’ hormone du plaisir, la sérotonine qui offre plénitude et contentement, et l’ocytocine, l’hormone de l’attachement qui est créé par le renforcement du lien et de la confiance. Tu vas entrer dans un état de conscience modifié, ou tu va perdre la notion du lieu, du temps et entrer dans un monde fantasmagorique de plaisirs et de sensations nouvelles et te libérer totalement de tes blocages et te donner corps et âme avec fougue pour devenir fontaine, multiorgasmique, et atteindre l’extase suprême du subspace.

 La décompression en douceur

Comme on n’est pas limité par le temps, je vais pouvoir à la fin de la séance une décompression pour te permettre de quitter ton extase progressivement, en douceur. On commence par des câlins, des caresses parfois des discussions ou tout simplement par s’endormir ou faire l’amour tendrement selon les envies.On peut faire le point, échanger. Ce moment important est souvent négligé par manque de temps. Cet important de pas négliger cette étape, car si elle est bien gérée, elle va réguler tes hormones et empêcher le subdrop, la sensation de vide, de manque qui peut suivre une séance intense.

 Art de vie DS

Une fois revenu sur terre, on range le donjon, nettoie le matériel et on continue la journée. Pour rester dans la dynamique DS, tout peut être source de plaisir, le repas, les loisirs... qui peuvent être l’occasion de jeux amusants, excitants... transformant la vie en jeu, en fête du plaisir permanente ce qui est source de création d’hormone du bonheur. Il est également possible de faire des jeux de rôle BDSM pour vivre un fantasme sur un ou deux jours que l’on peut arrêter à tout moment par un mot de sécurité.

Le Maître est le moteur de ce type pratique et la soumise l’énergie qui le fait fonctionner, chacun doit donc y mettre toute son ardeur, sa volonté pour que cela fonctionne.

Les fortes émotions que l’on vit en 24/7, la relation privilégiée que l’on vit en 24/7 produit une hormone, l’ocytocine qui est considérée être l’hormone de l’attachement et de l’amour. L’ocytocine est produite lors de relations affectueuses, sociales, elle favorise l’attachement entre une mère et son enfant, elle favoriserait la monogamie et rendrait plus fidèles, développe la relation de confiance entre les individus, réduit la timidité ...

Ses effets bénéfiques

  1. Des fonctions antistress ;
  2. La réduction de la pression sanguine ;
  3. La réduction du taux de cortisol ;
  4. Une meilleure tolérance à la douleur ;
  5. Une diminution de l’anxiété.

Et un fort sentiment d’attachement qui peut rendre amoureuse folle la soumise. La soumise doit connaître son existence et ses effets pour permettre de relativiser les émotions fortes qu’elle va ressentir qui ne sont pas forcément de l’amour.